Ciné-débat – De sas en sas – Journée internationale des prisons – mercredi 22 novembre à 18h45

Classé dans : Evénements | 0

 

 

158864.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

DE SAS EN SAS – Ciné-débat

De Rachida Brakni

Avec Samira Brahmia, Zita Hanrot, Fabienne Babe

(France) / 2017 / (1h22)

 

Synopsis :

En une brûlante journée d’été 2013, Fatma et sa fille Nora prennent la route pour la prison de Fleury-Mérogis. Sur le parking, une petite foule de visiteurs attend déjà. La porte de l’établissement s’ouvre. Une première porte, un premier sas, un premier couloir… C’est le début d’un trajet infernal jusqu’au parloir, mené par un petit groupe d’individus composites.

 

Ciné-débat :

Cette séance ciné-débat programmée le mercredi 22 novembre à 18h45 est organisée dans le cadre des Journées nationales des prisons du 20 au 26 novembre organisées par l’ASAFPI (Association de Soutien et d’Accueil des Familles de Personnes Incarcérées), Les Aumôneries et les Visiteurs de prison du centre pénitentiaire de Villefranche. Le thème des Journées 2017 est Les oubliés de la société. Une discussion suivra la projection.

« Rachida Brakni, qui passe à la réalisation, frappe fort avec ce portrait de quelques « condamnées collatérales » à la prison. C’est d’abord un superbe gynécée (composé d’actrices professionnelles et non professionnelles), d’une mixité sociale exemplaire et d’une solidarité insolente. » Télérama

 

Bande annonce :

 

Genèse du projet :

De sas en sas est né du désir de Rachida Brakni de raconter une histoire à partir de ce qu’elle a vu lorsqu’elle a rendu visite à un proche dans la célèbre prison de Fleury-Mérogis. La cinéaste raconte avoir été frappée par l’absence d’hommes parmi les visiteurs. Elle a aussi découvert que la prison est un des derniers lieux emblématiques de la République puisque la mixité sociale et culturelle qu’on y trouve est sans équivalent.

 Lorsqu’elle se rendait au parloir, Rachida Brakni a également remarqué à quel point les personnes ayant un proche en prison sont également punies. Elle explique : « Une mère dont le fils est emprisonné se sent coupable d’avoir échoué dans l’éducation de son enfant. Une femme dont le mari a été condamné se remet en cause d’être en couple avec un homme qui a commis un crime. D’une manière ou d’une autre, le visiteur de prison a le sentiment d’être incarcéré à son tour lorsqu’il pénètre dans la prison. »

 

 

Les horaires